Histoire de la société allemande au XXe siècle

Marie-Bénédicte VINCENT

La société allemande du premier XXe siècle, sans rompre totalement avec des archaïsmes, a connu une modernisation importante, qui traverse trois régimes : Empire, République de Weimar et IIIe Reich. Le mode de vie urbain devient le plus prégnant, la culture de masse se développe, l'État social apparaît comme une réalité quotidienne et les catégories sociales populaires y participent de plus en plus, les particularismes reculent. Mais, dans le même temps, les élites et les classes moyennes craignent le déclassement et l'érosion des valeurs bourgeoises face aux difficultés économiques, d'où le rêve d'une régénération de la nation ; les mouvements de masse contribuent à une certaine radicalisation de la vie politique ; le mouvement fémisniste suscite des crispations ; la violence et l'antisémitisme se renforcent.
Cet ouvrage s'interroge sur la spécificité de cette évolution dans l'Europe occidentale et sur les grands enjeux que sont la capacité de produire une cohésion sociale, l'adaptation à la démocratie politique et l'acceptation des modernités culturelles. Se pose enfin la question des facteurs sociaux ayant favorisé le nazisme jusqu'à la mobilisation de toute la société dans la guerre totale.

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°579
Parution : mai 2011
ISBN : 9782707156808
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm
Façonnage : Broché

Marie-Bénédicte VINCENT

Marie-Bénédicte Vincent, ancienne élève de l’École normale supérieure, est agrégée et docteur en histoire. Spécialiste de l’Allemagne des XIXe et XXe siècles, elle a publié Serviteurs de l’État, les élites administratives en Prusse, 1871-1933 (Belin, 2006). Elle est actuellement maître de conférences en histoire contemporaine à l’université d’Angers.

Table des matières

Introduction
I / La société à l’épreuve de la nationalisation
La centralisation et l’administration du Reich
Les particularismes face à la centralisation - L’Allemagne des grandes villes
Le développement de l’État social
L’État interventionniste - L’« État de bienfaisance » face aux chômeurs - Les Allemands ont-ils profité du nazisme ?
Les divisions confessionnelles et l’État
La diversité du protestantisme - Le rattrapage politique des catholiques
Les juifs exclus de la nation
La minorité juive - La persistance de l’antisémitisme - La condition des juifs sous le nazisme jusqu’en 1939
II / Formation des élites et mouvements de masse
Le système scolaire : quelle démocratisation ?
Les changements apportés par la révolution de 1918 - Quelle démocratisation de l’université ? - L’éducation sous le IIIe Reich
Les étudiants organisés
Une « subculture » étudiante - La radicalisation antirépublicaine - Les corporations : complices ou victimes du IIIe Reich ?
La place particulière des officiers
Le corps exclusif des officiers prussiens - La militarisation de la société - Radicalisation des officiers et nazisme
Une vie associative de masse
Les mouvements de jeunesse - Le Frauenbewegung
III / Quelle modernisation des campagnes ?
Le maintien des grands domaines
Le poids des Junker - Le maintien des grandes propriétés après 1918
Une société paysanne encore très inégalitaire
Les paysans propriétaires (Bauern) - Les paysans sans terre - Misère rurale et migrations
La société villageoise face aux influences extérieures
Les influences urbaines sur le mode de vie - Une idéologie villageoise du repli
Les campagnes à l’heure de la mobilisation des masses
Le Bund der Landwirte - L’essor du populisme paysan - L’éloge idéologique des paysans sous le nazisme
IV / Les ouvriers en voie d’intégration à la nation
Les différences internes au monde ouvrier
Le travail - La mobilité - Les familles
Un mode de vie encore spécifique
L’alimentation et l’habillement - Le problème du logement
De la culture ouvrière à la culture de masse
L’apogée de l’Arbeiterkultur - Les progrès de la culture de masse
Le milieu ouvrier s’est-il intégré au IIIe Reich ?
V / Des bourgeoisies et des valeurs bourgeoises menacées
Des spécificités qui perdurent
Les débats autour de la bourgeoisie - Les « professions » divisées par la défense de leurs intérêts - Le monde des affaires
Les hauts fonctionnaires : entre la bourgeoisie et l’État
La « fonction publique professionnelle » - Une élite d’ancien régime au XXe siècle - Menaces de déclassement et vote nazi
Une panique du Mittelstand ?
Artisans et commerçants - Les employés - Mittelstand et nazisme
Des valeurs bourgeoises en déclin ?
L’anxiété vis-à-vis de la jeunesse - La dénonciation des valeurs matérielles
VI / Les représentations de la société moderne
Connaître la société : l’essor des sciences sociales
L’« école historique » et les sciences économiques - L’université de Francfort comme pôle d’innovation sociale - Les sciences sociales et le nazisme
Les nouvelles techniques de marketing et de publicité
Dépeindre la société : la société vue par les artistes
Le tableau de la violence - Les fictions criminelles, miroirs d’une société en crise - La photographie des groupes sociaux - L’art en régime totalitaire
VII / Une société dans la guerre totale
La participation à l’économie de guerre Les grands patrons
Les ouvriers - Les femmes
La vie et le moral au quotidien
La consommation - Les bombardements des villes - Quelle adhésion à la propagande ? - L’échec de la résistance
L’étendue des compromissions dans la barbarie nazie
La déportation et l’extermination des juifs - La SS et l’empire concentrationnaire - Une armée fanatisée ?
Les années d’occupation (1945-1949)
Les bouleversements démographiques - La « société de l’effondrement » - Les Alliés et la dénazification
Conclusion
Repères bibliographiques.

Droits étrangers

A HISTORY OF GERMAN SOCIETY IN THE 20TH CENTURY




Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com