L'évaluation des politique publiques

Bernard PERRET

L’évaluation des politiques publiques est au cœur de toutes les réflexions sur la réforme de l’État. Mieux gérer l’argent public et rendre des comptes sur son utilisation sont des impératifs prégnants en période de rigueur budgétaire, dans une société où les exigences de transparence se font plus pressantes. Pour contribuer à l’amélioration de la gouvernance publique, l’évaluation ne peut se contenter de mesurer les coûts et les effets des politiques, elle doit viser aussi à en éclairer les enjeux, la logique et les mécanismes afin de permettre à tous d’en devenir les acteurs informés et responsables.
Ce livre présente les principes méthodologiques et les principaux outils techniques de l’évaluation, il propose une histoire comparée des pratiques et une analyse de leurs effets observés et potentiels.
L’évaluation est à la fois une activité scientifique et un ensemble de mécanismes institutionnels. Appréhender un tel objet suppose un va-et-vient permanent entre l’analyse politico-institutionnelle et la réflexion méthodologique, voire épistémologique.

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°329
Parution : novembre 2014
ISBN : 9782707183385
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm

Bernard PERRET

Bernard Perret, ingénieur et socio-économiste, est membre du Conseil général de l’environnement et du développement durable au ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Extraits presse

«On n'échappe pas à une réfléxion méthodologique préalable. Disons-le franchement, elle n'est pas des plus passionnantes, bien qu'elle soit indispensable. Mais la partie sur les comparaisons des pratiques internationales, qui montre l'avance importante des agences internationales, est intéressante : non seulement, on s'aperçoit que nous avons encore bien du travail à faire, mais surtout, nous apercevons une problematique qui permet de sortir, au moins partiellement, de la dictature de l'économie marchande, pour qui le profit est le seul principe d'évaluation de l'intérêt social d'une activité. Ce qui est en cause, Bernard Perret le souligne bien, c'est notre capacité à mettre en place de nouvelles formes de gouvernance. Des formes qui visent à optimiser les dépenses, mais surtout posent en préalable la question des finalités.»

ALTERNATIVES ECONOMIQUES

 

Table des matières

Introduction
I / Principes méthodologiques

Organisation et déroulement d’une évaluation
L’évaluation est une démarche avant d’être une technique - Évaluer une politique, c’est d’abord la questionner - Mandat, projet, cahier des charges - L’élaboration du projet : prendre le temps de la réflexion - Le dispositif de pilotage de l’évaluation - Une institutionnalisation qui peut revêtir des formes diverses
Du questionnement aux conclusions
Porter un jugement suppose le choix d’un « angle de vue »… - …et d’un référentiel - Diagnostic initial et hypothèses de travail - Formuler une liste de questions - Une typologie des questions - Analyse de la logique (ou de la « théorie ») du programme - Niveaux de résultat - Bilan informationnel - Programme d’études et choix des opérateurs - Rédaction du rapport d’évaluation et valorisation des résultats
II / L’évaluation comme connaissance
Des arguments de différents types
La notion d'evidence
Les outils de l’évaluation
Les sources d’information - Bref aperçu sur les techniques d’enquête - Les techniques de présentation des données - L’expérimentation et ses limites - Des méthodes qualitatives pour évaluer l'impact - Les techniques de décision
III / L’état des pratiques au niveau mondial
Les origines américaines
Les « deux vagues » de l’évaluation
L'avance persistante des pays anglophones et d’europe du nord
Le rôle budgétaire et managérial de l’évaluation - Un milieu professionnel structuré
L’évaluation au Royaume-Uni
Évaluation, New Public Management et Value for Money - L’importance des réseaux sectoriels
L’évaluation dans les organisations internationales
Le rôle moteur de la Commission européenne - La Banque mondiale et l’évaluation de l’aide au développement - Mondialisation, coopération et évaluation
IV / Le cas français
La difficile institutionnalisation de l’évaluation au sein de l’État
La rationalisation des choix budgétaires (1970- 1984) - Les initiatives du gouvernement Rocard et leurs suites - Évaluation et modernisation de l’Etat
L’entrée en scène de nouveaux acteurs
L'évaluation parlementaire - Promesses et limites de la LOLF - L'évaluation de la cours des comtpes - Politiques contractuelles et fonds structurels européens
Forces et faiblesses persistantes de l’évaluation à la française
Une succession de bilans critiques - Une culture administrative peu favorable à l’évaluation
V / L’évaluation, clef d’une nouvelle gouvernance
Les nouveaux défis de l’action publique
Les gouvernements face à de nouvelles difficultés
L’évaluation, une pratique a usages multiples
Quelle est la forme d’évaluation la plus utile ?
L’impact de l’évaluation à l’épreuve des faits
Un impact difficile à évaluer - Les retombées les plus importantes sont lentes, diffuses et indirectes - Des usages pas toujours vertueux
Conclusion / Une activité en quête d’identité
Évaluation et sciences sociales : corps de méthodes ou théorie spécifique ?
Une démarche qui favorise la pluridisciplinarité - Les enjeux épistémologiques de l’évaluation
Le métier d’évaluateur
L’évaluation comme mécanisme institutionnel
Repères bibliographiques
Liste des signes utilisés.