L'empreinte écologique

Aurélien BOUTAUD, Natacha GONDRAN

Peut-on mesurer la durabilité écologique d’une nation de manière claire et synthétique ? Est-il possible, à l’instar du PIB, de résumer une réalité aussi complexe en un seul chiffre ? C’est pour répondre à ces questions que l’empreinte écologique a été inventée au début des années 1990. Mobilisant des centaines de données statistiques et scientifiques, cet ingénieux système de comptabilité a permis de démontrer que l’économie mondiale consommait davantage de services issus de la biosphère que celle-ci était capable d’en régénérer. Il a également servi à révéler les inégalités environnementales, en montrant par exemple qu’il faudrait plusieurs planètes pour répondre aux besoins de l’humanité si le modèle de consommation occidental venait à se généraliser.
Dans cet ouvrage, les auteurs reviennent dans le détail sur les tenants et les aboutissants de cet indicateur, que de nombreux écologistes ont élevé au rang de véritable totem. Ils en révèlent les forces, mais aussi les limites. Plus encore, dans cette nouvelle édition, ils montrent que la famille des empreintes environnementales s’est largement développée au cours des dernières années, permettant d’affiner notre appréhension des limites planétaires.

Version papier : 10 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°527
Parution : février 2018
ISBN : 9782707198730
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm
ISBN numérique : 9782348035449

Aurélien BOUTAUD

Aurélien Boutaud, docteur en sciences et génie de l’environnement de l’École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne, est aujourd’hui conseiller et chercheur indépendant, spécialiste des indicateurs alternatifs.

Natacha GONDRAN

Natacha Gondran est maître-assistante au centre SITE (Sciences, informations et technologies pour l’environnement) de l’École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne. Ses activités de recherche et d’enseignement portent sur les enjeux et méthodes contribuant à la prise en compte de l’environnement au sein des processus décisionnels.

Table des matières

Introduction -I / Une brève histoire de la soutenabilité - La prise de conscience des dimensions finies de la Terre - Les grandes étapes de la prise de conscience internationale - La naissance du développement soutenable - II / Les conditions de la soutenabilité écologique - Ingrédients et recette de la vie sur Terre - De l’énergie… - … de l’eau, de l’air et de la roche : la vie ! - L’économie de la nature (biosphère) : producteurs, consommateurs… et recycleurs - Les producteurs primaires, ou autotrophes : la magie de la photosynthèse - Les consommateurs, ou hétérotrophes -Les décomposeurs, ou recycleurs - L’économie humaine, un sous-système de la biosphère L’éconosphère : producteurs, consommateurs - Biosphère et éconosphère : les conditions de la soutenabilité - Pour mesurer la soutenabilité, il faut comparer la demande et l’offre de services issus de la nature - III / Comprendre l’empreinte écologique : principes généraux - Définitions, hypothèses et fondements du système comptable de l’empreinte écologique - Un indicateur synthétique : quelques rappels - Délimitation du champ d’étude de l’empreinte écologique - Hypothèses de conception de l’empreinte écologique - Les ressources consommées sont identifiées et recensées à l’échelle des nations - Les ressources consommées correspondent à des surfaces « bioproductives » - Les différentes surfaces bioproductives peuvent être exprimées sous la forme d’une surface de productivité moyenne, l’hectare global - Les hectares globaux peuvent être agrégés de manière mutuellement exclusive - Empreinte écologique et biocapacité peuvent être comparées - IV / La biocapacité - La biocapacité mesure la quantité de capacité biologique potentiellement mobilisable à des fins humaines - La biocapacité mondiale - Mode de calcul de la biocapacité - Facteurs d’équivalence - Facteurs de rendement ou de récolte - V / Le calcul de l’empreinte écologique - L’empreinte écologique mesure la consommation nette de ressources issues de la biosphère - L’empreinte écologique liée aux consommations de ressources renouvelables - Productions primaires - Productions secondaires - L’empreinte écologique liée aux infrastructures et zones urbanisées - L’empreinte écologique liée aux consommations d’énergies fossiles ou « empreinte carbone » - La méthode de substitution par la biomasse : une méthode en devenir - La méthode de calcul par assimilation des déchets (séquestration) - L’empreinte écologique, un système comptable en pleine évolution - VI / Les résultats - Empreinte écologique et biocapacité mondiales : un dépassement écologique avéré - Répartition de l’empreinte écologique mondiale par secteurs - Composition de la biocapacité mondiale - Composition de l’empreinte écologique mondiale - Épuisement des stocks de ressources renouvelables ou dépassement des capacités d’assimilation ? - Évolution de l’empreinte écologique mondiale depuis les années 1960 - Davantage de personnes, mobilisant chacune davantage de ressources - Un boom de l’empreinte énergétique - L’empreinte écologique des grandes régions du monde : des situations très hétérogènes - Une minorité de la population est en situation de dépassement écologique global… - Le développement peut-il être soutenable ? - Conclusion - Liste des sigles et abréviations - Repères bibliographiques.