La responsabilité sociale d'entreprise

Françoise QUAIREL-LANOIZELÉE, Michel CAPRON

Le mouvement de « responsabilité sociale d’entreprise » (RSE) qui s’est développé ces dernières années remet-il en cause les approches traditionnelles de la firme ? Pourquoi et comment les entreprises intègrent-elles à leurs objectifs économiques des objectifs environnementaux et sociaux ? Dans cette édition entièrement renouvelée et actualisée, les auteurs présentent l’évolution des différentes approches du concept de RSE ; ils analysent la pression des parties prenantes, les discours, les pratiques, et mettent en lumière les dilemmes et les limites de la RSE, notamment dans son approche managériale utilitariste ; ils montrent que les entreprises sont redevables à la société et concernées par les enjeux du développement durable. Enfin, ils présentent les principaux dispositifs nationaux et internationaux qui font émerger les prémices d’un nouveau cadre de régulation pour la RSE des firmes multinationales.
En proposant une nouvelle lecture des rapports entre les activités économiques et la société, cet ouvrage ouvre des perspectives de réflexion utiles aussi bien aux chercheurs qu’aux acteurs concernés (milieux économiques, syndicats, ONG...).

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°477
Parution : août 2016
ISBN : 9782707190642
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm

Françoise QUAIREL-LANOIZELÉE

Françoise Quairel-Lanoizelée est maître de conférences et chercheuse associée au centre Dauphine Recherche en Management (DMR) de l'université Paris-Dauphine. Elle est coauteure, avec Michel Capron, de Mythes et réalités de l’entreprise responsable (La Découverte, 2004) et La Responsabilité sociale d'entreprise (La Découverte, 2010, nouvelle édition).

Michel CAPRON

Michel Capron est professeur émérite de sciences de gestion à l'université Paris-VIII-Saint-Denis. Il a été président du Forum citoyen pour la responsabilité sociale des entreprises et vice-président de la Plate-forme nationale d’actions globales pour la RSE.

Table des matières

Introduction
I / La genèse et le développement de la RSE

La conciliation entre l'activité économique et les attentes de la société
Les origines américaines : des préoccupations éthiques et religieuses
Pourquoi l'émergence d'une RSE explicite ?
Comment interpréter ce mouvement de la RSE ?
L'optique politique du développement durable
Les différentes postures types du développement durable
L'articulation RSE/développement durable
La RSE fait-elle consensus ?
II / De multiples acceptions qui interagissent
Du concept de responsabilité
Les différentes acceptions de la responsabilité
Les définitions de la RSE qui en résultent
Responsable de quoi et jusqu'où ? Par rapport à qui ? Comment ?
Que doit-on entendre par « social » ?
Entreprise : quelle entité, quel périmètre ?
Les déterminants des différences de conception de la RSE
III / Pourquoi les entreprises devraient-elles être socialement responsables ? Approches théoriques
L
es firmes « noeud de contrats », cadre conceptuel économique de la RSE
L'exercice de la RSE doit être directement profitable pour les actionnaires - La RSE s'inscrit dans la théorie de la dépendance à l'égard des ressources - Les dirigeants, « agents » des actionnaires ou des parties prenantes ?
La théorie des parties prenantes : une référence incontournable pour la RSE
Qu'entend-on par parties prenantes ? - Comment et pourquoi intégrer les attentes des parties prenantes dans les décisions de l'entreprise ? - Quels enjeux ? - La théorie des parties prenantes constitue le cadre de référence dominant pour les théories de la RSE - Les limites de la théorie des parties prenantes
La firme encastrée dans la société : cadre conceptuel sociologique de la RSE
La légitimité : valeur clé de la RSE - Le processus d'institutionnalisation de la RSE - La RSE comme convention sociale
IV / Où sont les moteurs ?
Les acteurs
L'ascension de nouveaux mouvements sociaux - Les relations ONG/entreprises - Les consommateurs sont-il des freins ou des moteurs ? - Les salariés et leurs syndicats - Les actionnaires et agences de notation extra-financière : quelle influence ? - Les milieux d'affaires proactifs
Les cadres internationaux : entre soft law et hard law
Les grandes références substantielles - Les incitations à l'action - Les questions de régulation de l'activité des entreprises
V / Stratégies et management de la RSE
Enjeux et limites pour les entreprises de l'adoption de stratégies de RSE
Les stratégies RSE sont « gagnant-gagnant » : le business case - Les limites du business case
Les typologies des comportements stratégiques en matière de RSE
Les comportements défensifs entre manipulation et évitement - La philanthropie et le mécénat entrent-ils dans le périmètre de la RSE ? - Une intégration faible d'objectifs RSE dans la stratégie économique - Vers une intégration de la RSE dans le coeur de métier : stratégies réactives ou proactives - PME et stratégie de RSE
Pilotage et structure des stratégies de RSE
L'intégration de la dimension sociétale dans les outils de la comptabilité et du contrôle de gestion - Risk management et RSE - Les structures et les acteurs
VI / L'instrumentation de la RSE
Normes, lignes directrices de management de la RSE : de quoi parle-t-on ?
Assistance interne
L'autodiagnostic - Une standardisation du cycle du management RSE - Comment définir ce qui compte : la « matérialité »
Certification et labellisation sociale et environnementale : la recherche de confiance
Les outils de la comptabilité pour intégrer le développement durable dans la RSE
Le reporting RSE : entre transparence et communication
Les pratiques actuelles de reporting sociétal - Un rapport RSE/DD : pourquoi et pour qui ? - Les difficultés et les apports de la production de rapports RSE - L'obligation de publier des informations environnementales et sociales - Une normalisation indispensable des rapports : l'exemple de la GRI - L'audit des rapports de développement durable : vérification ou assurance ?
Conclusion
Liste des sigles et abréviations
Repères bibliographiques.